Voici pourquoi Leslie Vernick a écrit le livre « Les relations destructrices »

Quand je me suis lancée dans la rédaction de ce livre, j’ai décidé de commencer par prendre un congé sabbatique de neuf jours, du vendredi au lundi de la semaine suivante. J’ai allégé mon emploi du temps : aucun patient, aucune tâche domestique, aucune responsabilité. Rien d’autre que le livre. J’avais hâte de me concentrer sur la tâche de rassembler des mois de recherche, de lecture, de réflexion et de prière.

Le jeudi soir, il ne me restait qu’un seul patient à voir. En sortant de mon bureau (je travaille à domicile) pour me rendre dans la salle d’attente, j’ai vu dans le regard de Connie que quelque chose n’allait pas du tout. Elle m’a fait signe de la suivre au bout du couloir. « Euh, je pense que tu as une fuite, ou quelque chose d’autre », dit-elle.

Je me suis retournée et j’ai vu une grande marre d’eau marron s’avancer vers nous. J’ai d’abord pensé que la machine à laver à l’étage débordait, mais malheureusement, le problème n’était pas si bénin. Il s’est avéré que le tuyau de la fosse septique était bouché et des déchets liquides fétides avaient commencé à se répandre dans mon bureau, ainsi que dans la salle d’attente et les espaces de rangement environnants.

Au début, j’ai gardé mon calme. Après tout, je ne tenais pas à ce que l’un de mes patients pense que j’étais incapable de gérer mon stress ! Mais voilà, mon congé sabbatique de neuf jours consacré à la rédaction de mon livre s’est transformé en un chaos nauséabond, toxique et accablant. Un simple nettoyage ne suffirait pas ! Après que le calme eut cédé le pas à la frustration, je voulais juste déménager.

Au lieu de cela, j’ai procédé par ordre et j’ai appelé un plombier pour déboucher le tuyau. Ensuite, j’ai reçu la mauvaise nouvelle que toute la moquette dans l’escalier devrait être arrachée. J’en suis encore là alors que j’écris. Tous les bureaux, les livres, les bibliothèques, les ordinateurs, les canapés, les valises, les classeurs et les tonnes de boîtes devront être déplacés. Par la suite, le sol en ciment sera nettoyé et assaini. Les éléments contaminés restés au sol seront jetés ou désinfectés. Une fois que la nouvelle moquette aura été posée, il me faudra tout remettre à sa place, comme dans un puzzle de 5000 pièces.

Cependant, alors que je pensais à ce changement de plans, je me suis rendu compte que tout était exactement comme ce devrait l’être. Étant donné que j’écris sur les relations toxiques et les dommages qu’elles causent, il est normal que je goûte personnellement au stress de vivre dans un environnement toxique, même pour un court laps de temps. J’aimerais tant que tout ce problème disparaisse, mais ce ne sera pas le cas. Il n’y a pas de solution rapide ou facile, et le chaos de cette situation a bousculé mes plans. En vérité, j’ignore même le moment où la vie reprendra son cours normal.

Bien des gens se sentent si dépassés par le chaos de leurs relations douloureuses qu’au lieu de prendre les mesures appropriées, ils laissent la toxicité les submerger, eux et leurs enfants. Ils se sentent désarmés et impuissants ; ils ne savent que faire. Même s’ils entament quelques démarches au départ, il est plus facile d’abandonner devant les difficultés et de fermer les yeux sur la destruction flagrante autour d’eux.

S’il vous plaît, ne faites pas cela. Je comprends qu’en ce moment, il vous semble impossible de survivre à votre relation destructrice. Je sais que c’est douloureux et effrayant de penser à ce qu’il faudra faire pour réparer les dégâts. Mais vous ne pouvez pas changer quelque chose que vous ne voulez pas affronter.

Je ne peux pas vous promettre que si vous lisez ce livre, la personne destructrice dans votre vie changera.

Je peux toutefois vous promettre que si vous mettez en pratique ce que vous lisez, vous grandirez, vous guérirez et vous deviendrez un individu plus sain, ce qui est un bon début pour bâtir des relations plus affectueuses et plus saines.

Leslie Vernick

Article précédent Publications Chrétiennes contribuera à la lutte contre le COVID-19
Article suivant Voici pourquoi Joni Eareckson Tada et Steven Estes ont écrit le livre « Quand Dieu pleure »

Commentaires

Jean Constant - avril 18, 2020

Titre attrayant

Laissez un commentaire

* Champs requis