Voici pourquoi Michael Reeves a écrit le livre « Retrouver la joie de prier »

La prière, ce problème

Nous ne sommes pas doués pour la prière. C’est malheureusement vrai pour la plupart d’entre nous et cela ne devrait pas nous étonner. Voilà où en est arrivé aujourd’hui le christianisme dans nos sociétés occidentales. Et sa situation est pour le moins préoccupante. Nos responsables d’Églises eux-mêmes n’entretiennent qu’une communication sporadique avec Dieu. Comment, dans ce cas, leurs assemblées et leurs communautés peuvent-elles espérer être en bonne santé spirituelle ?

Il est à redouter que certains parallèles avec l’Église de Corinthe se développent lentement au sein de nos communautés. À travers ses lettres la concernant, Paul nous offre le spectacle de dirigeants qui se félicitent de leurs propres succès et qui répandent la Parole de Dieu en étant dépourvus de sincérité. Ils agissaient de manière charnelle et non spirituelle. Ils étaient également orgueilleux, hypocrites et en compétition les uns avec les autres. Leur vie de prière était un sujet de honte, car l’amour de Christ et la dépendance à Christ y avaient été remplacés par l’amour de soi et la confiance en ses propres forces.

L’absence de prière va toujours de pair avec un manque d’intégrité chrétienne. C’est encore plus vrai pour les dirigeants chrétiens. Disons les choses telles qu’elles sont : s’ils n’ont pas plaisir à communiquer avec Dieu, alors ils vendent un produit auquel ils ne croient pas vraiment.

Ironiquement, l’importance et l’urgence de leur tâche peut contribuer à aggraver — et je sais bien avec quelle facilité — cette situation qui peut dégénérer en agitation stérile et sans but, agitation qui peut les conduire à se comporter comme un troupeau de Marthe (voir Lu 10.38,42). Ils prennent bien soin d’arborer tous les signes extérieurs de la réussite dans la vie et dans la mission chrétiennes, mais dès qu’il s’agit d’être en communion avec Dieu, ils se révèlent être des coquilles vides. Je tiens à insister sur le fait que je suis un homme en situation d’échec qui s’adresse à d’autres humains dans la même impasse.

J’espère néanmoins que ce livre, en ce qui a trait au problème réel que constitue notre absence de prière, saura agir comme un fortifiant et un rafraîchissement — voire un coup d’envoi ! — dans notre vie de prière.

Michael Reeves

Article précédent Voici pourquoi André Eggen recommande la lecture du livre « Sans Adam, pas d’Évangile »
Article suivant Voici pourquoi Tim Chester et Steve Timmis ont écrit le livre « L'Église au quotidien »

Laissez un commentaire

* Champs requis