L’éventail et le Dieu qui poursuit

     Ma fille de 5 ans a développé une fascination pour les éventails dans la dernière année. Cette fascination est rapidement devenue une obsession irritante qui, par la grâce de Dieu, s'est vue transformée en outil d’enseignement pour nous deux.

       Lors d’un souper de famille, Eliana a découvert l'éventail de sa cousine. Il était magnifiquement fabriqué, décoré de broderie et de brillants, très attirant pour une petite de 5 ans! La soirée a pris une tournure désagréable lorsqu'Eliana persistait à réclamer l'éventail que sa cousine ne voulait pas lui prêter, craignant qu'elle le brise. Les demandes d'Eliana devenaient incessantes. Il était clair qu'elle se sentait tout à fait justifiée de le réclamer; l'éventail lui était dû. N’arrivant pas à convaincre sa cousine de le lui prêter, elle s'est tournée vers moi avec la même ténacité. C'était cause perdue pour la soirée. Entêtée, son désir démesuré pour l'éventail a gâché la soirée avec sa cousine et a également perturbé la mienne.

       Mes interventions parentales par rapport à cette situation variaient. Certaines interventions, dont je suis moins fière, étaient moralisantes et superficielles, alors que d'autres étaient centrées sur l'Évangile et allaient au cœur du problème. Ce qui était clair, c’est qu’Eliana ne méritait pas que je lui achète un éventail.

       Une ou deux semaines plus tard, nous sommes sortis souper au restaurant en famille    (sortie très inhabituelle pour nous). À la fin du repas, la serveuse a apporté la facture ainsi qu'une boîte à surprises à notre table. Nos enfants avaient tous droit de se choisir un petit cadeau. À mon étonnement et à la grande joie d'Eliana, un éventail figurait parmi les surprises! J'ai fait remarquer à Eliana combien la situation était inhabituelle. “Wow, Eliana! Tu te rends compte : non seulement, nous n'avons pas l'habitude de sortir au restaurant, mais en plus, ce restaurant offre des cadeaux aux enfants, dont un éventail! Quelle chance! Dieu a été bon envers toi!”

       L'éventail en question n'a pas tenu très longtemps le test d'une famille de 4 enfants et les demandes d'Eliana  recommencèrent. Un mois plus tard,  l'éventail était encore très précieux pour Eliana. Elle fut de nouveau confrontée à son attrait lorsqu'elle fut invitée à une fête. Un jeu comportant des petits cadeaux variés destinés aux invités était organisé. Eliana a vite “perdu les pédales” quand elle a constaté qu'un ami avait reçu un éventail. Elle ne pouvait pas supporter de ne pas avoir été la personne à recevoir ce cadeau. Je l’ai retirée du jeu pour l'amener à l'écart. Ma fille étant hyperactive, l'impulsivité est un trait de caractère très fort chez elle. Des états de crise démesurée font partie de notre quotidien. Je l’ai isolée dans une chambre et je l’ai serré contre moi en silence. Bien que la nécessité de l'enseigner et de la reprendre étaient là, je n'arrivais pas à parler. Cette crise était loin d'être une nouvelle situation, ou une situation que je n'avais jamais adressée auparavant, mais cette journée-là, je n’avais pas les mots. Dans ce moment d'incertitude et de silence, Dieu était à l’œuvre d'une façon inattendue. Je la serrais encore contre moi, lorsque quelqu'un vint à la porte pour nous annoncer que c'était au tour à Eliana de choisir un cadeau à développer. Il ne restait que deux cadeaux. Eliana, encore boudeuse et frustrée, choisit un cadeau de façon aléatoire. Elle ignorait qu'il y avait un deuxième éventail parmi les cadeaux: c’est celui qu’elle déballa! Je n’en revenais pas que mon enfant, qui ne méritait pas un éventail, venait de s'en faire offrir un, une fois de plus sans mon intervention! Je ne pouvais que conclure que Dieu orchestrait quelque chose... mais quoi?


Mon cœur brûle d'amour pour ma fille, mais il va sans dire que les enfants hyperactifs ne sont pas appréciés de tous. Ce sont souvent des enfants contrariants qui dérangent leur entourage. Ils mûrissent moins vite que la moyenne et ils ont le don de taper sur les nerfs par leurs bizarreries! Ils ne trouvent pas grâce aux yeux de beaucoup des gens. Mais Dieu se plaît à aimer celui qui n'est pas aimable! Il dépose un regard favorable sur eux. Christ est venu pour sauver les petits hyperactifs rebelles. Il a un amour spécial pour les faibles.


Je me sens souvent impatiente à voir des changements de cœur et de comportement chez mes enfants. La réalité étant que je fais face à des échecs répétitifs. Au travers de mes efforts parentaux, je ne peux que constater que la loi est sans force pour produire un véritable changement dans leur cœur. Les règlements et les conséquences ne me garantissent aucunement la réussite. Lors de la situation avec l’éventail, Dieu poursuivait ma fille d'une manière différente, non avec la loi, mais par la grâce. Il réchauffait mon cœur de mère épuisée en me rappelant à quel point il aime mon enfant difficile. Il intervenait dans sa vie!  Il venait de nous donner un exemple personnel de sa grâce envers elle. Une illustration concrète, une leçon de choses parfaite pour venir toucher le cœur de ma fille. Mon cœur en était touché! Dieu  renouvelait et redirigeait mon espoir vers lui. Mon espoir de réussite avec mes enfants ne peut être fondé sur leurs actes d'obéissance.  Mon espoir doit  plutôt être fondé sur la bonté de Dieu et de sa capacité unique à venir toucher leur cœur par l’Évangile. Même l'enfant le plus hyperactif et rebelle n'est pas une cause perdue pour lui! Il n’a pas besoin de force supplémentaire pour sauver un enfant hyperactif.
   

Avoir un enfant  avec trouble de comportement est en réalité une bénédiction déguisée. Les enfants hyperactifs sont dérangeants parce que leurs faiblesses sont plus évidentes. L’état de leur cœur tortueux est vite dévoilé, car ils ont peu de retenue. Ils ne sont pas de plus grands pécheurs, ils cachent tout simplement moins bien leurs péchés! Les formules de parenting qui donnent à tant de parents un certain succès à voir des changements de comportement dans leurs enfants sont majoritairement inefficaces avec des petits hyperactifs.   Malgré les difficultés  engendrées, la dynamique d’une rébellion ouverte est une bonne chose! Elle nous dépouille des sentiments d’autosuffisance subtils qui nous habitent si facilement. L’esprit est puissamment à l’œuvre lorsqu’on s’humilie devant notre Père. Il nous pousse à faire ce qui n’est pas naturel; lâcher prise de notre semblant de contrôle et dépendre de notre Père dans la prière. Il y a aussi un avantage pour l’enfant dans sa faiblesse. Il pourra très difficilement s’appuyer sur ses propres forces pour parvenir à l’obéissance soutenue. Il sera plus rapidement confronté par l’évidence de son besoin de grâce. Concluons, parents d’enfant difficile: nous sommes à envier, en réalité!  La mise à nu du cœur de nos petits pécheurs est une bonne chose!  Nos échecs répétitifs à voir des changements de comportement nous poussent, par l’Esprit, à rediriger notre espoir sur la grâce de Dieu pour accomplir ce que lui seul peut faire dans le cœur de nos enfants.

Ma plus récente lecture me parle beaucoup. C'est le livre 'Give Them Grace' de Elyse Fitzpatrick et de sa fille Jessica Thompson. Excellent livre! Dans un des chapitres, elle aborde la parabole du fils prodigue. Elle dit : ''Bien que les deux fils font partie intégrale de l'histoire, ils ne sont pas les personnages principaux. Non, le personnage principal de cette histoire est le père qui accueille avec joie ses deux enfants'' (p.70, traduction libre). L'un des fils remplissait bien la loi. Il était un enfant obéissant. La fierté de tout parent! Il a, par contre, fait preuve d’un coeur rempli d'orgueil et d'amertume lorsque son frère est revenu à la maison. L'autre, le fils “prodigue”, était son opposé; un rebelle ouvert. Les deux avaient, au même titre, besoin de la grâce de leur père. Elyse écrit un peu plus loin, ''L'accueil du père s'étend à ses deux fils, bien que ni l’un ni l'autre n'en soit digne ou ne le mérite. Le père suit une loi plus importante et plus élevée: l'amour et la miséricorde'’ (p.70, traduction libre). L’enfant qui nous apporte la fierté et celui qui nous apporte la honte ont tous deux besoin de la même mesure de grâce. Et c’est cette grâce qui me donne l’espoir de voir un jour ma fille venir à la repentance malgré les piètres résultats en termes de comportement, en cette saison de notre vie. Les bras de son père céleste sont déjà grands ouverts et prêts à l’accueillir, j’en ai eu la preuve!


Mes grandes filles adorent entendre les histoires de leur propre passé et me demandent souvent de leur en raconter. Dieu le savait bien! Même ma petite hyperactive demeure attentive quand elle figure dans l’histoire. Hier soir, j'ai utilisé cette opportunité que Dieu nous a donnée, cet exemple concret de l’amour gracieux dans la vie d'Eliana et de toute notre famille. J'ai raconté à mes filles cette histoire de leur passé: l'histoire de l'éventail, de la grâce de Dieu envers elles, de notre dépravation totale et de l'amour de Christ qui est mort pour sauver quiconque croit en lui. Il a rempli la loi pour nous, nous qui en étions incapables. L’éventail est devenu un symbole dans notre foyer de la grâce que Christ nous offre par son œuvre à la croix. Il est devenu aussi un symbole d’espoir dans mon cœur de mère qui me rappelle que Dieu poursuit mon enfant par son amour.

Article précédent Lettre de nouvelles - Automne 2013

Commentaires

Nadia - septembre 26, 2016

Bonjour,
Votre article m’a fait tellement de bien. je suis completement convaincu que je dois apprendre à donner plus de grâce envers mes enfants, mon mari. Je pardonne tellement plus vite et plus facilement toutes les autres personnes. Mais eux c’est comme si ils étaient moi, je deviens très exigeante ;)
Moi aussi j’ai besoins de me donner autant de grâce que Dieu me donne au quotidien. Qu’est ce que ça me libère, me donne envie d’avancer et de percéverer! Dieu sait ce qu’Il fait.

Laissez un commentaire

* Champs requis